Dr. Feelgood


The Count Bishops
Site Français
Site néerlandais

Même s’ils n’atteindront pas une grande popularité, les Count Bishops joueront un rôle dans le développement du Punk Anglais, fournissant tout d’abord un style reliant le Pub Rock de Dr Feelgood et le Punk Rock d’Eddie & The Hot Rods, puis en donnant une impulsion au label indépendant Chiswick qui s’occupera de Motörhead, The Damned mais aussi de Little Bob Story.

"Speedball" (1975) définira clairement le style du groupe. Combinant un Rock du milieu des années 60, les Bishops recouvrent le même Rythm’n’Blues/Rock'n'Roll de la vague Beat Music incarnée par les Rolling Stones, les Yardbirds ou encore les Kinks mais également du Punk américain (Standells, Strangeloves…)(1). L’idée étant manifestement de capter un côté "brut", "spontané" de cette période.

 

 

Depuis fin 74, Zenon De Fleur (2) gratte au sein de Chrome dont la renommée ne dépasse guère quelques pubs lorsque, rejoint par Mike Spenser (voix, harmonica) fraichement débarqué de New Yorks (3), ils décident de former un groupe avec Johnny "Guitar" (guitare lead, voix) appelé à la rescousse par son ami Mike (ils avaient joué ensemble à New York au sein des Kingbees). Répondent également à l’appel le bassiste Brian Turrington (qui travaillera plus tard avec Sean Tyla de Duck Deluxe) et le batteur Dave Rotchelle (des Pleasers).

Eté 1975. Ted Carroll et Roger Armstrong décident de créer leur propre label indépendant. Ted est le propriétaire du "Rock On Stall" dans le quartier Soho à Londres, Roger l’aide à y vendre des albums d’Iggy And The Stooges, The New York Dolls, The MC5, The Flaming Groovies… Suite à une annonce parue dans le Melody Maker, ils décident d’aller à la rencontre de Chrome en concert le soir même. Ted les approche et leur propose d’enregistrer sur leur futur label…

Chrome grave quatre titres ("Walking The Dog" de Rufus Thomas, "I'm A Man" de Bo Diddley, "I Want Candy" des Strangeloves, "I've Got Dreams To Remember" d’Otis Redding) dans le studio londonien "Hope And Anchor", situé juste au dessus du pub éponyme, sous la direction de Dave Robinson qui cofondera le label Stiff Records (Dr Feelgood, Madness, Elvis Costello…) en compagnie de Jake Riviera l’année suivante. Seulement deux morceaux ("I'm A Man" and "I Want Candy") sont finalisés mais le groupe refuse de les sortir, mécontent. Ce n’est que vingt ans plus tard, en 1995, que Roger Armstrong les dévoilera au grand public sur l’album "Speedball Plus Eleven".

Chrome ne survit pas longtemps à cette séance studio et se dissout début 1975. Zen et Mike passent alors une petite annonce dans le Melody Maker (décidément !). L’Australien Paul Baldi prend ainsi place derrière la batterie, l’Anglais Steve Lewins, lui, endosse la basse. Les Count Bishops sont enfin nés, nous sommes en juillet 1975. Pour l’anecdote, le nom a été apporté par Mike d’après un gang de motards de Brooklyn.

 

 

Paul Balbi : "Je pense que nous jouons un nouveau style de Rythm’n’Blues, c’est plus progressif que le précédent, plus contemporain." Johnny Guitar : "Tu prends n’importe quelle chanson de Funk et tu rajoutes de la section rythmique à la BB King, tu obtiendras un Blues très significatif (…) Il y a toujours un marché pour le Rythm’n’Blues parce qu’il y a toujours des gens, souvent des garçons, qui veulent juste sortir le samedi soir et écouter de la vraie musique. On passe un bon moment."

Le 28 août 1975, une session d’enregistrement est organisée aux studios Pathway dans le nord de Londres. Roger Armstrong la décrira comme étant "cool et… prolifique." Johnny Guitar : "Notre idée était d’enregistrer le plus de morceaux possible. Après huit ou neuf titres on s’est arrêté et on a écouté ce que nous venions d’enregistrer : tout le monde était si enthousiaste qu’on a rempilé sur 'Route 66' et 'Teenage Letter'." Larry Debray, manager : "L’accent était sur le niveau d’énergie plus que sur le raffinement. On a vraiment capté l’ambiance live."

Ted Carroll : "Les Bishops sont exactement le genre de groupe qu’on recherchait quand nous avons commencé ce label. Ils ont la même énergie et excitation qui manquent à la musique actuelle (de 1975). Je suis toujours amusé quand je pense aux cinq heures de session au Pathway lorsque le groupe nous a donné ces morceaux fantastiques. Après avoir écouté cet E.P., je suis sûre que vous sériez d’accord avec moi pour dire que tant qu’il y aura des groupes comme les Count Bishops, le futur du Rock’n’Roll est en sécurité."

Cinq morceaux sont remixés en septembre, un sera exclu ("Cry To Me" qui verra enfin le jour lui aussi sur "Speedball Plus Eleven") les quatre autres "Route 66", "Ain't Got You", "Beautiful Delilah" et "Teenage Letter" seront sur l’E.P. "Speedball", rappelant le son des Rolling Stones. "L’E.P "Speedball" sonne comme les Stones des débuts. Les Stones auraient pu faire ce que nous avons fait !" Mais Johnny admet que l’influence stonienne "laisse à une sorte de cantonnement, nous avons appris vraiment vite c’est pourquoi nous devions obtenir notre propre son."

Le maxi single sort en novembre et les 1000 premiers exemplaires partent comme des petits pains, certains directement depuis l’arrière de la Peugeot de Ted Carroll ! Avis aux collectionneurs…

Début 1976, Mike décide de quitter le navire pour constituer son propre équipage n’ayant plus les mêmes objectifs que ces ex-collègues. Larry Debray : "Mike est bon sur scène, il a tout les ingrédients pour être un bon chanteur mais son attitude n’est pas adéquate." Davantage anarchiste, son comportement ne s’adapte pas à celui du groupe qui veut surtout jouer la musique qu’il aime et non être à l’origine d’une révolution. Les Cannibals poussent rapidement leur premier cris, ils tourneront jusqu’en 2008, toujours considérés (à juste titre !) comme "les grands-pères du trash". Dave Tice : "Nous jouons du Rock’n’Roll. Si quelqu’un ne pense pas que cela n’est pas approprié à la situation sociale ou politique actuelle, ils n’ont pas besoin d’acheter nos disques et de venir à nos concerts. On ne veut pas changer le monde, fuck that, c’est juste de l’entertainment, c’est du Rock’n’Roll et on le fait parce qu’on aime ça."

 

 

Les quatre Bishops se mettent en quête d'un nouveau chanteur mais, n'ayant trouvé personne à leur goût, Zen et Johnny assurent les vocaux jusqu'à nouvel ordre. Sur scène, la magie opère. Nous pouvons ainsi lire : "Maximum Rhythm'n'Blues du premier morceau aux rappels, vous guincherez du début à la fin. Ils interprètent surtout des standards : d'excitantes versions de "Shake Your Money Make" (E. James), "I'm Not Talking" (M. Alison), "Down In The Bottom" (Howling Wolf) ou le légendaire "Sometimes Good Guys Don't Wear White" (Standells). Depuis quelques mois, ils développent leurs propres compositions, notamment "Taking It Easy" et "Train Train" qui devraient figurer sur le prochain simple pour Skydog, ce qui leur permettra de se délivrer du Rhythm'n'Blues classique pour créer le son des années 70."

 


1976

 

Malgré le départ de Mike Spenser, les Count Bishops organisent une séance au Pathway studio en mars 1976. Ambiance assez terrible qui débouche sur le single "Taking It Easy / Train, Train", premières compositions de Steve et Zen qui deviennent des classiques. Johnny Guitar : "Certaines personnes pensent que le Rythm’n’Blues est la meilleure musique – nous par exemple. La progression artistique n’est pas quelque chose à laquelle nous réfléchissons consciemment. On ne va pas au studio en nous disant : 'Ok, c’est le moment d’utiliser des synthétiseurs.' On a progressé, nous somme toujours le même groupe mais notre son a changé. Nos arrangements sont meilleurs, je pense que nous avons un joli son distinctif."

Dynamite sort le premier L.P. en 1977 "Good Gear", comprenant treize classiques plutôt orientés Blues ("Walking The Dog" de Rufus Thomas) et Rock’n’Roll ("Carol", "Johnny B. Goode" de Chuck Berry. Cet opus, très rare à se procurer, sera réédité par Lolita en 1984, d’après une copie vinyle, l’original des bandes ayant semble t-il été perdu.

A cette période en Autralie le groupe de Hard Rock "Buffalo" se dissout juste avant la sortie de leur dernier album "Average Rock 'n' Roller" en 1977. Leur chanteur Dave Tice rejoint les Count Bishops et est immédiatement mis à contribution sur les bandes du prochain album, sous les manettes de Vic Maile (ingénieur d’enregistrement).

 


1977

 

Le premier single "Baby You're Wrong / Stay Free" (encore une composition de Zen), avec Dave aux voix, sort le 22 avril 1977 sur Chiswick. Deux mois et demi après la sortie du single vient l’album (8 juillet 1977) "The Count Bishops", comprenant "douze chansons dynamiques" d’après Nick Charles (Record Mirror du 30 juillet 1977).

 

 

Eté 1977, peu de temps après la sortie de l’album, Steve Lewins part rejoindre les Solid Senders de Wilko Johnson avec lesquels il enregistre le single "Walking On The Edge". Pat McMullan (qui jouera plus tard avec Dr Feelgood… décidément le monde est petit) le remplace à la basse.

Le 18 février 1978 les Count Bishops partagent la scène du London Roundhouse en compagnie de Blast Furnace, Wilko Johnson et Motorhead. Ce concert, gravé dans la cire, sort le 28 avril sur l’opus "Live !". Johnny Guitar : "Notre prestation était rapide et acharnée, moi même et les autres membres soufrions de grippe ce soir là, Lemmy (Motorhead) nous donna des conseils pratiques, théoriques et pharmacologiques." Dave Tice : "Le boulot de notre live était si bon que Chiswick a décidé de le compiler sur un album." Andy Eastwood : "Je me souviens de ce concert au Roundhouse… quelle nuit ! Malgré la grippe ils ont botté le cul à tout le monde, mon L.P. préféré des Bishops."

 

1978

 

Plus tôt en mars, sortait le premier single avec le nom abrégé "The Bishops", en hommage à Sam & Dave "I Take What I Want / No Lies". David "Kid" Jensen animateur de Radio 1 le consacre "single de la semaine", "nous étions programmés pendant six semaines, on n’arrivait pas à y croire !" se souvient Johnny. Suit en juin l’E.P. "I Want Candy" (tribute des Strangeloves) et "See That Woman", composition de Dave et Zen. N.M.E. écrira : "Ce groupe joue telle une locomotive lancée à pleine puissance." "Dans le set on a tendance à faire la moitié en reprises et l’autre de nos propres compos. Je pense que c’est important de maintenir cet équilibre parce beaucoup de gens viennent pour réécouter des classiques, tout comme nos morceaux originaux. Nous avions déjà interprété la majorité des chansons au fil des années, selon les sets. Le nouveau single est vraiment vieux, 'I Want Candy' est sur l’album live mais nos l’avions sorti en version studio comme single. On l’a fait plus commercial aussi" conclu Johnny.

 


1978

 

De retour d’un concert londonien, Zen est victime d’un accident de voiture, ses blessures nécessitent des soins intensifs : "Il était conscient et cohérent à tel point qu’il demandait de voir les graphismes pour le prochain troisième album qui venait d’être enregistré et insistait sur le fait que le groupe devait pendre un remplaçant temporaire avant qu’il soit prêt à revenir" rapporte Charles Shaar Murray dans le N.M.E. du 22 mars 1979. "Cependant il a eu des troubles respiratoires qui ont nécessité une opération qui a débouché sur des complications… Zen est décédé durant l’intervention à 27 ans, le 18 mars." Josh Thorne, road manager et ingénieur du son : "Zen était un bon ami et j’ai été si triste de le perdre, même après toutes ces années il me manque toujours énormément."

Tout comme Zen l’avait voulu, le groupe continue.

Ainsi le single "Mr. Jones / Route 66 / Human Bean" parait le 4 avril 1979. Le guitariste Andy Eastwood (alias Blitzkrieg) de Blast Furnace les rejoint avant la sortie du troisième album "Cross Cuts" le 11 mai 1979. Parmi les quatorze morceaux, six compositions du groupe, dont une de Zen intitulée "Rolling Man". Huit autres reprises dont Fleetwoord Mac ("Somebody's Gonna Get Their Head Kicked In Tonight"), Sonny Boy Williamson ("Don't Start Me Talking"), Otis Redding ("These Arms Of Mine") et Vanda & Young ("Good Times").

1979 ne sera pas synonyme de chance. De retour d’Espagne, la police de l’immigration britannique arrête Paul Balbi. Son permis de travail étant expiré, lui est laissé le choix de retourner soit à Barcelone ou… en Australie. Il choisi la seconde option… et sera remplacé par Charles Morgan.

Deux membres fondateurs partent en l’espace de trois mois, le futur ne s’annonce donc pas sous les meilleurs auspices… Une session live est tout de même planifiée à la B.B.C. Radio 1 en juillet dans le show d’Andy Peebles.

Octobre 1979, le groupe part en tournée sur les cotes australiennes, essayant de négocier (sans succès) le retour de Paul Balbi au sein du Royaume de sa majesté. Néanmoins Paul jouera avec eux durant toute la tournée et ils trouveront le temps d’enregistrer "No Lies" aux studios E.M.I. à Sydney.

 

 

De retour en Angleterre est enregistré "Taste And Try live at the Hope And Hanchor". La chanson est incluse dans le "The London R & B Sessions", compilation live de douze groupes (Dr Feelgood etc.). Mais le groupe semble démobilisé… et décide d’arrêter.

Ils ne se retrouveront que vingt-six ans après, lors de deux concerts donnés à Londres. Etaient présents Roger Armstrong, Ted Carroll, Johnny (venu de Floride !) Pat (de Budapest), Dave et Paul (d’Australie tous les deux) sans oublier Mike Spenser et Eddie & The Hot Rods !

Les Count Bishops restent un fabuleux groupe de Rhythm’n’Blues. Fins compositeurs, ils ont écrit de véritables petits joyaux, tous disponibles sur "Speedball Plus Eleven" ! Un groupe à découvrir ou à redécouvrir…

(1) Johnny Guitar : "Je me suis inspiré de Scotty Moore (guitariste de Presley) aussi bien que de Keith Richard. Je suis du sud et j’ai toujours aimé Hank Williams et George Jones, la vieille Country. Comme Buck Owens, j’adore."
(2) De son vrai nom Zenon Hierowski, d’après une phrase dite lors d’une session d’enregistrement "Look at Zen on de floor".
(3) Où il fut roadie des New York Dolls !

Mike Spenser - Juillet 1975 à début 1976 (voix, harmonica)
Zenon De Fleur - Juillet 1975 à Mars 1979 (guitare, voix)
Johnny Guitar - Depuis juillet 1975 (guitare, voix)
Steve Lewins - Juillet 1975 à l'été 1977 (basse)
Paul Balbi - Juillet 1975 à novembre 1979 (batterie)
Dave Tice - Depuis 1977 (voix, harmonica)
Pat McMullAn - Depuis l'été 1977 (basse)
Andy Eastwood - Mars 1979 à juin 1979 (guitare)
Charles Morgan - Depuis novembre 1979 (batterie)



Albums


The Count Bishops - The Count Bishops
[1977]

The Count Bishops - Good Gear
[1977]

The Bishops - Live !
[1978]

The Bishops - Cross Cuts
[1979]



Singles

Count Bishops - Speedball - Route 66 / Aint' Got You / Beautiful Delilah / Teenage Letter (28.11.75)

SW 1

The Count Bishops - Train Train / Takin' It Easy (27.08.76)

CHISWICK S

The Count Bishops - Baby You're Wrong / Stay Free (22.04.77)

CHISWICK S 12

The Bishops - I Take What I Want / No Lies (31.03.78)

CHISWICK NS 33

The Bishops - Mr Jones / Human Bean / Route 66 (04 .04.1979)

CHISWICK CHIS 111

The Bishops - I Want Candy / See That Woman (16.06.78)

CHISWICK CHIS 101/CHIS 101

The Bishops - I Want Candy / See That Woman (16.06.78)

NS 376/CHIS 1016
The Bishops - I Want Candy / See That Woman (16.06.78) NS 3710/CHIS 10110
The Bishops - I Want Candy / See That Woman (15.09.78) CHIS 101
The Bishops - I Want Candy / See That Woman (15.09.78) CHIS 1016
The Bishops - I Want Candy / See That Woman (15.09.78) CHIS 101101
The Bishops - Mr Jones / Human Bean / Route 66 (live) (04.04.79) CHIS 111

The Count Bishops - I Need You / Talk To You / Good Guys Don't Wear White / Taste & Try (1977)

CHISWICK PROMO 1

The Bishops - Train Train / Sometimes Good Guys Don't Wear White (1978)

CHISWICK PROMO 4
The Count Bishops - Taking It Easy / Train Train (1976) Hollande DYR 45001
The Count Bishops - Sometimes Good Guys Don't Wear White / You're In My Way (1978) Italie CHISWICK CH 201
The Bishops - No Lies / Saturday Night (1979) Australie EMI 150
The Bishops - No Lies / Saturday Night (1979) Belgique 100 229

The Bishops - I Want Candy / See That Woman (1978) Allemagne

CHISWICK 0037.056

The Bishops - I Want Candy / Till The End Of The Day (1978) Espagne

CHISWICK 02.1347 / 0
The Bishops - I Take What I Want / No Lies - Spain / Movieplay 02 1417/6



Best Of



Count Bishops - Speedball Plus 11
[1995]



The (Count) Bishops - The Best Of The Count Bishops

[1995]



Participations diverses

Submarine tracks & Fool’s Gold - Chiswick Chartbustersn Vol. 1 (1977)

CHISWICK CH 2

Long Shots, dead Certs And Odds On Favourites, Chiswick Chartbusters, Vol. 2 (1977)

CHISWICK CH 5

Never Mind Other Labels - Here's Chiswick (1977) Allemagne

CHISWICK 0900.045

La Crème De Skydog (1978) France

SKYDOG SGC 0017

Light Up The Dynamite (1979) Hollande

DYNAMITE TYR 3304
The London R&B Sessions (1980) ALBION DAI 2

The London Rhythm And Blues Sessions (1988) Allemagne

ALBION / LINE ALCD 9.00135 O

The Chiswick Story (Adventures Of An Independent Record Label 1975-1982) (1995)

CHISWICK CDWIK2 100

Good Clean Fun (The Chiswick Sampler) (1995)

CHISWICK CDWIKX 162

Naughty Rhythms : The Best Of Pub Rock (1996)

B000024LNS
Wilko Johnson travaille sur un nouvel album
11 Mai 2017

Nouvelle biographie sur Lee Brilleaux
27 Novembre 2016

Docteur Wilko Johnson
20 Novembre 2016

4 Novembre 2017
Dr Feelgood
Les concerts à venir...
... sur le site officiel

31 Décembre 2017
Wilko Johnson
Les concerts à venir...
... sur le site officiel


Document sans titre

© Dr Feelgood & Lucie Lebens - Tous droits réservés
In Memory of Lee Brilleaux & Gypie Mayo